Archives à identifier, mode d'emploi

mystère.jpgChacun d’entre nous possède dans ses archives des documents qu’il ne parvient pas à identifier : armoiries mystérieuses, évêque inconnu, ou encore habit religieux indéterminé. Mettons nos connaissances en commun pour résoudre ces mystères !

Cette page est un espace d’entraide ouvert à tous. Chacun peut proposer une identification aux images qui y sont publiées et demander de l’aide pour l’identification de ses propres documents, issus de fonds d'archives ecclésiastiques.

 

Comment soumettre un document d’archives à identifier ?

Chaque adhérent à l'AAEF peut soumettre un document à identifier. Envoyez-nous par mail ( Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ) votre image, une brève présentation de cette image et votre question ainsi que l’adresse mail à laquelle les réponses des internautes devront être adressées.

Après publication de votre image sur notre site, vous recevrez directement les réponses dans votre boîte mail.

Lorsque le mystère sera résolu, merci de nous envoyer la solution afin que nous puissions la dévoiler sur le site et y supprimer votre adresse mail. 

 

Comment proposer une hypothèse d'identification ?

Contactez directement la personne qui a posé la question à l'aide de l'adresse mail qui figure sous l'image concernée.

 

 

Mystères à résoudre

Portraits d'évêques

 évêque 1évêque 2

Qui sont ces deux évêques ?

Le premier est identifié, il s'agit de Jean Victor Emile CHESNELONG, né le 6 avril 1856 à Orthez, ordonné prêtre le 20 septembre 1879, nommé évêque de Valence le 21 février 1906, nommé archevêque de Sens le 12 janvier 1912 et décédé le 29 novembre 1931.

Réponses à adresser à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

  

 

 


 Chapelet en os ou en ivoire

Chapelet1bdChapelet2bd.jpgChapelet4bdChapelet3bd

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Qui pourrait me renseigner sur l'origine de ce chapelet ?

Il est constitué de 6 dizaines. Il est en os ou en ivoire.

A la première croix est attaché une double figure avec le Christ d'un côté et un crâne de l'autre.

Au pied de la croix est attachée une médaille qui représente le roi louis XVIII et au verso les armes de France.  Au premier bras de la croix, il y a une médaille avec St Pierre d'un côté et Saint Paul de l'autre. A l'autre bras de la croix la médaille représente la Sainte Famille et au verso la Sainte Trinité. Il y a ensuite 1, 3 puis 1 grains.

A l'autre extrémité il y a une autre croix à laquelle sont attachées trois médailles. La première représente Marie (ou Marie-Madeleine) au pied de la croix, et au verso le Baptême de Notre Seigneur. La deuxième médaille porte l'inscription "Mater boni consilii" avec une représentation de la Vierge et au verso "Filii praebe cor tuu... Roma" avec les sacrés cœurs de Jésus et Marie. La troisième médaille fait défaut.

Il y a deux anneaux avec une chaînette qui permettent d'accrocher le chapelet.

Réponse à adresser à : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 


Armoiries sur un couvert

 

 couvertLaon_-_bd.jpgCes armoiries figurent sur un couvert de Laon des années 1780 dont le propriétaire (évêque ou abbé, voire abbaye) porte les armoiries suivantes sur la spatule : "d'azur à la fasce d'hermine accompagnée en chef de deux fleurs de lys d'argent et en pointe de deux grappes de raisin du même, les tiges vers le haut passées en sautoir".

L'écu timbré d'une mitre à dextre et d'une crosse à senestre indique les armes d'un évêque ou d'un abbé, voire d'une abbaye (la crosse tournée vers l'extérieur n'indique pas nécessairement un évêque). 

 

A qui appartiennent ces armoiries ?

 

Réponses à adresser à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 


 

Sortie d'un office à la chapelle des Oblats de Marie Immaculée à Nice

Sacre-Coeur.jpg

Cette photographie a été prise probablement dans les années Trente.

Qui sont les trois personnes au premier plan, et notamment le prélat au centre ? 

Réponses à adresser à : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

 

 


Photo carte de visite d'un Père ou Frère

portraitADAix.jpg

 Au dos de la photo voici les indications que nous avons :

E. Valloise, Peintre-Photographe - Boulevard d'Enfer, 94 à l'angle de la rue de Rennes. Paris.

Peut-on savoir selon son costume à quel ordre appartient ce Père, ce frère ?

Informations à communiquer à :  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

 

 


 Bannière avec une abbesse

bannièreabbesse1bannièreabbesse2.jpgCette bannière a été trouvée dans la région de cavaillon.

Elle porte un décor avec une religieuse qui semble être une abbesse.

A quel ordre appartient-elle ?

Réponse à adresser à :   Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

 


 Portrait de chanoine

AL dis06 chanoineAL_dis06_chanoine_-_Copie.jpgCette photo provient des Archives lasalliennes, fonds du District de Besançon. Le photographe "Girardot" (comme indiqué sur la photo) s'installe à Vesoul en 1920 ce qui permet de donner une date approximative.

Qui est le chanoine représenté sur cette photo ?

Les informations sont à transmettre à l'adresse :  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

   

Mystères résolus

Livre dans une langue inconnue - RESOLU

Livre1786_-_bd.jpg

Livre offert par un Roumain. Sans sa grosse reliure, il fait 16 x 20,5 x 6. Il semble que ce soient des caractères cyrilliques un peu différents de ceux qu’on utilise aujourd’hui. Une indication au crayon sur la page de titre indique 1786.

En quelle langue ce livre est-il écrit ?

La langue est le slavon. 

Il y est écrit : "Ce livre saint et inspiré par Dieu l'alpha et l'oméga a été imprimé à la typographie de son Altesse royale Stanislas Auguste, Grand roi de Pologne et grand duc de Lituanie, dans la ville gardée par Dieu de Vilnius dans le Monastère de la Ste Vivifiante Trinité de l'ordre de Saint-Basile le Grand, en l'an depuis la création du Monde : 7294 et depuis la naissance dans la chair du Christ, 1786".


 Session de Paray-le-Monial, juillet 1979 - RESOLU

 6PHA180-005hd.jpg 6PHA180-004_-_bd.jpg 6PHA180-005 - bd

Qui est l'évêque présent sur ces photographies ?

Il s'agit de Mgr Decourtray, qui fut évêque de Dijon, puis archevêque de Lyon.

 


Rencontres d'évêques - RESOLU

Photo Mystère 01bd  Photo Mystère 02bdRencontre 1                                                                                   Rencontre 2

Il s’agit vraisemblablement de rencontres d’évêques, mais lesquels, à quelle occasion ? où ? 

Il s’agirait de photos prises à l’occasion de la solennité de la Saint Julien (30 janvier 1938 et vraisemblablement en 1939).

La fête de la Saint Julien est la fête patronale du diocèse du Mans, célébrée fin janvier. A cette occasion, une délégation du diocèse allemand de Paderborn vient tous les ans, conduite par l'évêque accompagné par ses proches collaborateurs dont fait partie le curé de la cathédrale. Il s'agit du plus ancien jumelage d'Europe, depuis l'an 800 environ. Cette fraternité d'abord sacerdotale s'est ouverte ensuite aux laïcs. En juillet, c'est la délégation français qui se rend à Paderborn pour la fête de Saint Liboire, accompagnée également par ses proches collaborateurs et des laïcs de la Fraternité saint Liboire. Cette amitié a traversé la révolution française et les guerres. A l'époque du Louis XIV, il me semble que le diocèse de Paderborn est resté catholique en raison, notamment de ce jumelage. A l'époque du cardinal Grente 1918-1958, qui était de l'académie française, le faste ne manquait pas à la cathédrale, en particulier au moment des fêtes de Saint Julien !

Sur ces photos, nous pouvons identifier sur le cliché 1 entre autres : Monseigneur Villepelet (3ème en partant de la droite), le Cardinal Verdier (au centre avec une « mosette » blanche), Monseigneur Grente (1er rang 5ème en partant de la gauche), le Cardinal Liénard (4ème en partant de la droite), Monseigneur François Marie-Picaud (1er rang 4ème en partant de la gauche).

 


 "Les cordons du poêle" - RESOLU

 Que signifie les cordons du poêle dans le passage suivant ?

 "A 9 h. 45, le cortège quitte le presbytère. MM. Quemeneur et Duigou portent la croix ; MM. Le Bos et des Déserts, anciens maires de la ville et conseillers paroissiaux ; Le Boedec, président de l'Action Catholique, et Tanguy, médecin, tiennent les cordons du poêle. M. le vicaire général Joncour fait la levée du corps et préside Ie nocturne. Monseigneur assiste au trône, escorté de M. Ie chanoine Moenner, curé-archiprêtre de Saint-Louis, et de M. le chanoine Le Hir, aumônier du Calvaire de Landerneau."

Voir l'ensemble du texte.

Autrefois, tenir les cordons du poêle, c'était tenir les cordons reliés au drap funéraire qui recouvrait le cercueil.

Car le 'poêle', entre autres significations, désigne aussi le drap mortuaire ou la grande pièce de tissu noir ou blanc dont on couvrait le cercueil pendant les cérémonies funèbres. Il disposait auparavant de cordons généralement cousus aux coins et sur les bords, cordons qui, alors que le cercueil était amené à l'autel pour la cérémonie funèbre, étaient tenus par des proches ou membres de la famille, ou des personnes de haut rang, selon le défunt.

 


Tableau d'un cardinal - RESOLU

cardinal aIdentifier - bd

Qui est le cardinal représenté sur ce tableau ?

 

Sur ce tableau conservé à l’évêché de Quimper dans la chambre dite du Cardinal, c'est le cardinal François-Nicolas Morlot, archevêque de Tours, qui est représenté.

 


 Texte de langue inconnue - RESOLU

P3240066bd.jpgQuelqu'un saurait-il lire cette écriture et identifier la langue, éventuellement le sujet du texte ?

Il s'agit d'un texte en langue arménienne, qui est la traduction d'un livre qui s'appelle Analogie, c’est-à-dire comparaison de l’Ancien et du Nouveau Testament : y sont expliqués tout d’abord l’état de l’Ancien Testament et ensuite l’accord, la concordance, l’analogie avec le Nouveau Testament. Composé d’abord par le théologien Martin Becan de l’ordre des Jésuites en langue latine, et de là traduit en langue arménienne par le vardapet Petros de Tiflis.

Martin Becan est un Jésuite des Pays Bas, né le 6 janvier 1563 et mort le 24 juin 1624.

 


Portrait d'une religieuse - RESOLU

marie-henriette-dominici.jpg

 

Qui est cette soeur ? à quelle congrégation appartient-elle ?

Il s'agit de la bienheureuse Marie-Henriette Dominici (1829-1894), supérieure à Turin des Sœurs de Saint-Anne de la Providence, béatifiée le 7 mai 1978 par le pape Paul VI.

 

 


 Portrait d'une soeur franciscaine - RESOLU

Identifier3.jpg

Cette photographie représente une soeur nommée Marie Cécile LEGOUIC (1891-1941), née à Saint-Molf (Loire-Atlantique).

 A quelle congrégation franciscaine appartient cette religieuse ?

Cette religieuse est une soeur franciscaine de la congrégation "Soeurs franciscaines de Seillon" dans l'Ain. Cette congrégation ayant fait une union, elle appartient aujourd'hui à l'Institut des Soeurs de Saint François d'Assise.

 


 Photo de groupe avec un évêque - RESOLU

15.1_avis_de_recherche.jpg

Cette photo de groupe, conservée aux archives diocésaines de Nice, présente un évêque entouré d'ecclésiastiques.

De quel évêque s'agit-il ?

Il s'agit de Monseigneur Jean-Baptiste PENON, évêque de Moulins de 1911 à 1926, photographié ici avec une partie de son clergé.

 

 


 Armoiries d'un évêque sur une crosse - RESOLU

15.2_Ecusson_crosse.jpg

Conservée aux Archives lassalliennes, cette crosse porte au niveau du noeud un décor de quatre quadrilobes dont un représentant les armoiries d'un évêque.

 

 

A quel évêque appartiennent ces armoiries ?

 

 

Elles appartiennent à Monseigneur Victor MARECHAL (1838-1887)

Armoiries : D’azur à la Vierge d’argent, tenant en sa dextre un lys, couronné, nimbée d’or, ainsi que l’Enfant-Jésus, dans une grande auréole elliptique. 

Devise : « Vita et Spes » (vie et espoir)

Cette crosse a fait l'objet d'un article dans "l'objet du mois" sur le site internet des Archives lassalliennes.